Se souvenir de moi Mot de passe oublié ?
 Vous êtes ici : Accueil > Régimes > Les dangers du jeûne
Forum LeDiet
Calculez votre IMC
Dossiers LeDiet
Vos questions - Nos réponses
Encyclopédie Nutritionnelle
Recettes minceur LeDiet
Recettes Light
des Grands Chefs
Fruits et Légumes
de saison
Je calcule mon
activité physique
Les dangers du jeûne
Il est vrai que « trop manger » ou plutôt « mal manger », notamment avec un excès de gras, de sucres et d’alcool, peut entraîner une surcharge pondérale, des risques de maladies cardio-vasculaires et de cancers… autant de facteurs qui portent atteinte à la santé et réduisent la longévité !

Les régimes à base de jeûne, sur un ou plusieurs repas, sur une journée, sur une semaine... sont à la mode et pourtant ils présentent souvent l'effet contraire de l'objectif voulu et pire ils peuvent s'avérer dangereux.

Par conséquent, il est conseillé de « bien manger » et non pas « jeûner » !

Pourquoi ne pas sauter le petit-déjeuner ?

Après la nuit, où le jeûne s’impose, le petit-déjeuner doit fournir l’énergie nécessaire pour démarrer la journée et en particulier alimenter notre cerveau, réveiller notre mémoire, notre intellect et même notre gaieté !

Quand on « saute » le petit-déjeuner, on s’expose à ressentir la sensation de faim en fin de matinée, donc à grignoter ou à faire un déjeuner trop copieux… et par conséquent à prendre du poids ! En effet, si on ne mange rien le matin, quand vient le déjeuner, notre corps est en manque d’énergie, il stocke alors tout ce qu’il reçoit, même si c’est peu.

Pour mieux contrôler le poids, les études montrent qu’il vaut mieux faire 3 ou 4 repas par jour.

- Si on saute le déjeuner ou s’il y a un trop grand laps de temps entre deux repas, on s’expose au même phénomène que ci-dessus, à savoir, une fringale en fin d’après-midi, un coup de pompe, un manque de vitalité… et en prime, le dîner sera en partie stocké !

- Quant au dîner, s’il peut être utile d’alléger ce repas pour une meilleure digestion pendant la nuit, il n’est certainement pas conseillé de le supprimer ou de trop le réduire. N’oubliez pas que vos cellules sont toujours en activité pendant votre sommeil et qu’il serait néfaste de les affamer.

- Par ailleurs, il faut savoir que l’on dépense des calories par le simple fait de manger, ceci étant lié à la digestion et à l’assimilation des aliments. Des études ont montré que si la ration calorique nécessaire à une personne donnée est prise en un seul repas par jour, cette personne a tendance à prendre du poids, alors que cette même ration calorique prise en quatre repas par jour permet de maintenir un poids stable. A titre d’exemple le 'sumo' ne fait qu'un à deux repas par jour.

- De plus, en sautant régulièrement des repas, on diminue l’apport calorique global de la journée, l’organisme finit par s’adapter en diminuant les dépenses nécessaires aux fonctions vitales, comme la respiration, les battements cardiaques, le renouvellement cellulaire… Et si on dépense moins, on a moins de besoins, c’est pourquoi on reprend du poids quand on reprend une alimentation « normale ».

En conclusion et de manière paradoxale, « sauter » un repas fait grossir !

Et que pensez du jeûne hydrique et de la diète protéinée comme technique d’amaigrissement ?

Le jeûne hydrique consiste à ne boire que de l’eau ou du bouillon de légumes. Au mieux, il apporte quelques vitamines et minéraux, mais aucun des nutriments (protéines, lipides glucides) nécessaires à la santé.

Durant les 15 premiers jours de jeûne complet, l’organisme, étant privé de sucre (glucides), va utiliser, les protéines corporelles vitales (des muscles, du cœur...), pour les transformer en composés glucidiques nécessaires au métabolisme du cerveau, des surrénales, des globules rouges... On assiste donc à une fonte musculaire.

Puis, au-delà de 15 jours, les organes, qui ont toujours besoin d’énergie, s'adaptent pour utiliser les acides gras provenant de la fonte de la graisse corporelle. Le cerveau, quant à lui, privé de glucose, va utiliser les corps cétoniques provenant de la dégradation des acides gras des graisses. Mais cette adaptation n’est que partielle et les muscles continuent à fondre !

En conclusion, le jeûne hydrique est une technique d'amaigrissement dangereuse. Certes, l’augmentation du taux d'acétone dans le sang diminue la sensation de faim, mais malheureusement s’accompagne d’une fonte musculaire, d’une atrophie des fibres musculaires cardiaques, de tachycardie, d’une formation de produits toxiques due au déséquilibre alimentaire… et parfois de mort subite.

La perte de poids consiste en 70 % de masse corporelle (muscles et graisse) et 30 % d'eau et à la fin de la diète hydrique, il y a une reprise rapide du poids, même en suivant un régime très restrictif (en calories).

La diète protéinée est un régime très restrictif (moins de 600 kcal par jour), composé presque exclusivement de protéines artificielles (poudre de protéines) ou naturelles (poisson, viande maigre), accompagné ou non de légumes.

Ce type de régime est complètement déséquilibré, carencé en glucides complexes, en acides gras essentiels, en vitamines, minéraux et oligo-éléments, sans parler sur son côté monotone, peu varié et artificiel !

Ce régime, trop restrictif, est frustrant et engendre inévitablement des dérapages avec reprise de poids (poids en yo-yo). Par ailleurs l’apport en protéines limite mais ne supprime pas la fonte musculaire, ce qui est contraire à l’objectif de perdre uniquement l’excédent de masse grasse ! Tous ces paramètres sont contraires à notre approche nutritionnelle.

Quoi qu'il en soit, ce type de régime (hyperprotéiné) ne doit être suivi que sous surveillance médicale et à court terme car l'excès de protéines fatigue les reins.

Nos critères pour maigrir en bonne santé, naturellement et sans effet yo-yo

1. Nous attachons beaucoup d’importance à l’équilibre alimentaire qui est le meilleur garant d’une bonne santé et d’un amaigrissement durable.

2. D’autre part, mieux vaut maigrir avec une alimentation naturelle, variée et la plus calorique possible. Ceci évite la sensation de faim, de frustration, mais aussi une diminution du métabolisme par économie d’énergie de l’organisme. Par ailleurs, plus l’alimentation est calorique, plus elle peut être variée sans exclusion définitive de certains aliments tabous comme les plats en sauce, les desserts, l’alcool…

3. La réussite d’un amaigrissement repose enfin sur le respect du mode de vie, des habitudes alimentaires et des goûts de chacun. Ceci permet de maigrir naturellement, sans se « sentir au régime », avec le moins de contraintes possibles.

Et vous, votre apport calorique est-il trop élevé ? Votre alimentation est-elle équilibrée ? Quelles sont vos habitudes alimentaires et vos goûts ? Nous vous invitons à répondre à notre questionnaire.

Facebook Google+ Twitter email Imprimer
>> Retour à la rubrique "Régimes"