Se souvenir de moi Mot de passe oublié ?
 Vous êtes ici : Accueil > Bien manger > Alimentation : L’amalgame santé / minceur
Forum LeDiet
Calculez votre IMC
Dossiers LeDiet
Vos questions - Nos réponses
Encyclopédie Nutritionnelle
Recettes minceur LeDiet
Recettes Light
des Grands Chefs
Fruits et Légumes
de saison
Je calcule mon
activité physique
Alimentation : L’amalgame santé / minceur
Après les modes des régimes hypocaloriques, dissociés, fantaisistes et déséquilibrés, le régime healthy (régime sain) fait son arrivée en fanfare. Avec lui, les nouvelles icônes de beauté, pratiquant le fitness et le yoga, dont la minceur extrême est masquée par une musculature d’acier.
Le mot d’ordre : pour maigrir, il faut manger « sain », exit les farines raffinées, les viandes rouges, l’alcool, le café, les graisses animales, le lait de vache et bien évidement la junk food sous toutes ses formes… et on mise tout sur les céréales complètes, le quinoa, les oléagineux, les jus de légumes, les aliments bio et autres « super aliments » à la mode (le chou Kale, les graines de chia, les graines germées, etc).

Pourquoi n’est-ce pas si simple ?

L’amalgame santé et minceur

Au cours des consultations diététique, on constate que l’amalgame est très courant :
L’entretien commence bien souvent par « je ne comprends pas pourquoi je ne maigris pas » suivi de au choix : « je ne mets aucun gras, seulement de l’huile d’olive », « je ne mange plus de pâtes, seulement des légumes secs et du quinoa », « je ne bois pas une goutte d’alcool » , « je ne bois aucune boisson sucrée, juste des jus de fruit frais », « je ne mange plus de viande, juste du poisson », « je ne mange que des gâteaux bio, sans sucre ajouté », « j’ai remplacé la crème fraîche par de la crème de soja », « je ne grignote jamais, sauf des amandes » etc…
Persuadés que ce qui serait bon pour la santé (et c’est un autre sujet) l’est aussi forcément pour la ligne, la notion de teneur calorique est totalement laissée pour compte.

Où est l’erreur ?

- L’huile d’olive, certes, bourrée d’acides gras essentiels est plus grasse (donc calorique) que le beurre à poids égal.
- Les pâtes, les légumes secs (lentilles, haricots rouges, pois chiches…), le quinoa, le boulghour, le riz complet… sont tous des féculents apportant environ 100 Calories aux 100 g. Certes, certains apportent plus de fibres et de minéraux, mais leur valeur calorique est la même.
- La viande maigre (volaille mais aussi bavette, rumsteak, filet mignon) n’apporte pas plus de calories qu’un poisson blanc, et elle en apporte même moins qu’un filet de saumon (bourré d’oméga 3 mais aussi très gras).
- Un verre de vin apporte environ 80 Calories, soit autant qu’une belle pomme.
- Un verre de jus de fruit (qu’il soit en bouteille ou fraîchement pressé) apporte autant de sucres et de calories qu’un verre de Soda non light.
- Un biscuit bio, sans sucre ajouté apporte autant de calories qu’un petit beurre.
- Une poignée d’amande est aussi calorique qu’un petit paquet de chips.

Les incidences de ces fausses croyances sur le comportement alimentaire

Déculpabilisés par l’idée que manger du quinoa, du saumon, des avocats et des amandes (le tout généreusement arrosé d’huile d’olive) ne peut pas faire grossir (parce que c’est sain donc), nous avons tendance à en manger davantage en quantité.
A la clé, une moins bonne écoute de notre corps et des signaux qu’il nous envoie (satiété, faim), la tendance à dépasser nos besoins et à manger trop calorique. Non seulement on ne perd pas de poids, mais on risque d’en prendre petit à petit.

Comparons 2 assiettes :

1/ Une assiette de pâtes (200 g), bavette grillée (150 g) avec une noisette de beurre et une poignée de gruyère.
2/ Une assiette de quinoa (200 g), pavé de saumon (150 g), ½ avocat, filet d’huile d’olive.

La première apporte 462 Calories (200 pour les pâtes, 222 pour la bavette et 40 pour la noisette de beurre).
La seconde apporte 774 Calories (200 pour le quinoa, 309 pour le saumon, 90 pour le filet d’huile d’olive et 175 pour le ½ avocat).

Précisons à nouveau qu’on ne parle pas ici d’équilibre alimentaire (bien que la première assiette soit, certes, moins riche nutritivement mais loin d’être déséquilibrée) mais bien de niveau calorique !

Les variations de notre poids résultent des entrées et des sorties de calories :

Ainsi, une femme de 30 ans active brûle en moyenne 2000 Calories, et devra, si elle souhaite perdre du poids, manger en deçà.
S’il est certain qu’il sera préférable de manger sain pour des raisons évidentes, le plus important dans sa quête de perte de poids est de respecter un niveau calorique.
Elle ne perdra donc pas de poids en mangeant 2000 Calories (même « healty »), elle prendra du poids en mangeant 2500 Calories (même « healty ») et elle perdra du poids en mangeant 1800 Calories (même junk food).

Un juste milieu ?

Manger sain oui, mais diaboliser les aliments plaisirs, sous prétexte qu’ils apportent des mauvaises graisses, du sel ou du sucre : non !
Réapprenons à manger diversifié, à écouter nos envies profondes, notre faim et notre satiété, à prendre du plaisir en mangeant sans le court-circuiter avec des notions de régime à la mode et de « super aliments miracles ».

Lise Lafaurie, diététicienne de la Clinique du Poids

Facebook Google+ Twitter email Imprimer
>> Retour à la rubrique "Bien manger"