Se souvenir de moi Mot de passe oublié ?
 Vous êtes ici : Accueil > Régimes > Le régime détox : intox ?
Forum LeDiet
Calculez votre IMC
Dossiers LeDiet
Vos questions - Nos réponses
Encyclopédie Nutritionnelle
Recettes minceur LeDiet
Recettes Light
des Grands Chefs
Fruits et Légumes
de saison
Je calcule mon
activité physique
Le régime détox : intox ?
Les fêtes passées et un mot prolifère dans la presse féminine : détox.
Traduction : le corps encrassé par les excès alimentaires et d’alcool des fêtes de fin d’année doit être désormais purifié pour se remettre d’équerre.

De quels excès s’agit-il ?

Excès caloriques, excès de graisses saturées, excès de protéines animales, excès de sucre et d’alcool sont pointés du doigt et tenus responsables de maux divers, fatigue voire maladies.

Quid des toxines ?

Par définition, une toxine est une "substance toxique élaborée par un organisme vivant (bactérie, champignon vénéneux, insecte ou serpent venimeux), auquel elle confère son pouvoir pathogène".
Les toxines alimentaires au sens strict du terme sont donc responsables des intoxications alimentaires (E.coli, campilobacter, salmonelle…) et c’est donc un abus de langage que de qualifier de toxines les déchets issus de la dégradation de l’alimentation (déchets azotés, urée mais aussi additifs alimentaires, polluants, alcool etc..).

L’organisme, armé pour éliminer ses déchets au quotidien

Nous sommes dotés de plusieurs organes très efficaces pour détoxifier naturellement notre organisme : le foie, les reins, le système digestif et la vésicule biliaire notamment.
« L'idée de pouvoir renforcer cette action par l'ingestion de certains aliments, de même que celle de réparer en quelques jours ou même quelques semaines les excès d'un an sont malheureusement irréalistes » déplore le Professeur Jean-Michel Lecref, chef du service de nutrition de l’institut Pasteur de Lille.

Le principe du régime détox

Il en existe plusieurs, du plus strict (proche de la diète hydrique) au plus « raisonnable ».
Sa durée va de 1 à 7 jours, il est généralement basé sur une exclusion des protéines animales, graisses animales, produits laitiers, gluten, café et bien sûr alcool.
Une liste d’aliments « drainant/détox/antioxydants » sont à privilégier : asperges, pissenlit, artichaut, betterave, agrumes, chou frisé et chou kale, thé vert…

Il est donc généralement difficile d’atteindre des niveaux énergétiques raisonnables avec ce type de régime puisqu'on est en pratique largement en dessous de 1000 Calories par jour, avec tous les risques que cela implique.

Aucune étude tangible ne démontre une quelconque efficacité du régime détox

Et plusieurs spécialistes se sont exprimés sur la question, c’est le cas entre autre de David Bender, Professeur en biochimie de la nutrition à l'University College de Londres, qui a déclaré que "les promesses [des régimes détox] ne sont attestées par aucune preuve. En effet, toute la philosophie de la détox est basée sur la supposition douteuse selon laquelle les toxines accumulées sont responsables d'un endormissement du métabolisme, d'une prise de poids, de différents malaises mal définis, etc. […] En effet, des toxines s'accumulent dans notre corps […]. Il est néanmoins improbable que leur dispersion soit facilitée par des traitements cosmétiques ou du thé hors de prix".

Dans la même veine, le Pr Jean-Michel Lecref pense que «Les cures détox nous incitent à une alimentation restrictive souvent fantaisiste en se focalisant sur la consommation privilégiée ou exclusive de certains aliments, tels que le citron ou le chou, afin de purifier notre organisme. Or elles n'ont pas d'effets préventif ou curatif prouvés, mais nous poussent au contraire vers des comportements qui peuvent s'avérer préoccupants pour la santé.» Il suggère notamment que ce type de régime peut être des portes d’entrées vers l’orthorexie (obsession de la nourriture « saine » d’ordre pathologique).

D’autres vont jusqu'à penser que la détox peut être dangereuse, comme le Dr. Wright, hépatologue à l'hôpital de Southampton qui écrit que "Se détoxiquer durant un petit mois en janvier est médicalement futile. En plus, cela peut créer un faux sentiment de sécurité et alimenter l'idée que vous pouvez maltraiter votre foie autant que vous voulez, puis tout arranger grâce à une réparation rapide".

Un peu comme le jogger du dimanche qui s’autorise sans scrupule un menu double hamburger avec supplément de frites après sa course, ou celui qui s’allume une cigarette en toute bonne conscience à la fin de son entrainement.

Par ailleurs, au long terme, les cures détox les plus strictes risquent de provoquer des carences, des troubles hépatiques.

En bref, on fait quoi après des excès ?

L’organisme tolère relativement mal les variations caloriques qu’on lui inflige sur la durée (longues périodes d’alimentation riches et déstructurées suivie de longues périodes d’alimentation drastiques).
On essaye donc dans un premier temps de rester régulier : il est normal d’avoir des repas plus riches occasionnellement, mais tant que l’on mange avec faim et plaisir en s’arrêtant lorsque la satiété arrive, et si tant est que l’on mange léger et équilibré le lendemain, on laisse ainsi le temps à l’organisme de se détoxifier tout seul.
Et sans tomber dans les excès de la détox, vous pouvez toutefois privilégier les aliments riches en antioxydants (vitamine C, E, sélénium, caroténoïdes…) intéressants pour neutraliser les radicaux libres, produits par les excès d’aliments oxydants (alcools forts, aliments sucrés, vin blanc…).

En bref, on mise tout sur la régularité et la modération, et on fait confiance à notre corps : il nous le rendra bien !

Lise Lafaurie, diététicienne de La Clinique du Poids

Facebook Google+ Twitter email Imprimer
>> Retour à la rubrique "Régimes"